fbpx
Sortir du triangle de Karpman, sauveur, persécuteur, victime, manipulation, bien vivre, développement personnel

Sortir du triangle de Karpman

Stephen Karpman a développé son “triangle dramatique” – victime, sauveur, persécuteur – il y a près de 40 ans, et je trouve que c’est tout aussi pertinent et tout aussi nouveau pour beaucoup de gens qu’il y a 40 ans.

Même si vous ne passez pas beaucoup de temps à jouer vous-même l’un de ces trois rôles, vous traitez probablement quotidiennement avec des personnes qui le font.

Savoir comment sortir du triangle est essentiel lorsque nous avons affaire à des personnes qui veulent nous y entraîner. Utiliser notre esprit pour reconnaître quand nous avons régressé dans l’un de ces rôles nous-mêmes – généralement c’est le besoin de jouer ces trois rôles tôt dans notre conditionnement familial – est également essentiel pour faire des choix conscients et avisés dans nos interactions intimes et sociales avec les autres.

Ci-dessous, je vous donne des explications sur le jeu de rôle et des exercices afin de vous aider à vivre des relations saines et sans jeu.

Explication du jeu de rôle

Le triangle dramatique est un modèle dynamique d’interaction sociale et de conflit développé par le Dr Karpman lorsqu’il était l’élève d’Eric Berne, père de l’analyse transactionnelle.

[Karpman et d’autres cliniciens soulignent que “victime, sauveur et persécuteur” se réfèrent aux rôles que les gens jouent inconsciemment ou tentent de manipuler d’autres personnes pour qu’ils jouent, et non aux circonstances réelles de la vie de quelqu’un. Il peut y avoir de vraies victimes de crime, de racisme ou d’abus…]

Les trois rôles du triangle dramatique sont archétypaux et facilement reconnaissables dans leurs versions extrêmes.

La victime

La position de la victime est “Pauvre de moi !” Les victimes se considèrent comme opprimées, impuissantes, désespérées, abattues et honteuses. Elles peuvent nier toute responsabilité pour leurs circonstances négatives et nier la possession du pouvoir de changer ces circonstances.

Une personne dans le rôle de victime cherchera un sauveur – et si quelqu’un refuse ou échoue à le faire, elle peut rapidement les percevoir maintenant comme un persécuteur.

En termes de résilience, les victimes ont de réelles difficultés à prendre des décisions, à résoudre des problèmes, à trouver beaucoup de plaisir dans la vie ou à comprendre leurs comportements auto-entretenus.

Le sauveur

La position du sauveur est “Laissez-moi vous aider !” Les sauveurs travaillent dur pour aider et s’occuper des autres. Ils doivent même aider d’autres personnes à se sentir bien dans leur peau, tout en négligeant leurs propres besoins ou en n’assumant pas la responsabilité de répondre à leurs propres besoins.

Les sauveurs sont classiquement co-dépendants et facilitateurs. Ils ont besoin de l’aide des victimes et ne peuvent souvent pas permettre à la victime de réussir ou de s’améliorer. Ils peuvent utiliser la culpabilité pour maintenir la dépendance de leurs victimes et se sentir coupables s’ils ne sauvent pas quelqu’un.

En termes de résilience, les sauveurs sont souvent harcelés, surchargés de travail, fatigués, pris dans un style martyr.

Le persécuteur

La position du persécuteur est “Tout est de votre faute !” Les persécuteurs critiquent et blâment la victime, fixent des limites strictes, peuvent être contrôlants, rigides, autoritaires, en colère et désagréables. Ils maintiennent la victime opprimée par les menaces et l’intimidation.

En termes de résilience, les persécuteurs ne peuvent pas se plier, ne peuvent pas être flexibles, ne peuvent pas être vulnérables, ne peuvent pas être humains. Ils craignent le risque d’être eux-mêmes une victime. Les persécuteurs crient et critiquent, mais ils ne résolvent aucun problème et n’aident personne à résoudre le problème.

******

Ce sont les versions les plus extrêmes de ces trois rôles, mais nous pouvons rencontrer des personnes jouant des versions plus douces de ces rôles sur une base assez régulière.

Ce qui donne au triangle dramatique une grande partie de sa puissance et de sa signification, c’est la reconnaissance que les gens vont changer de rôle et parcourir les trois rôles sans jamais sortir du triangle. Les victimes dépendent d’un sauveur ; les sauveurs aspirent à aider ; les persécuteurs ont besoin d’un bouc émissaire.

Le piège est que les gens jouent ces rôles pour répondre à des besoins personnels – souvent inconscients – plutôt que d’être en mesure de voir l’image dans son ensemble et d’assumer la responsabilité de leur part dans le maintien du triangle.

Le mieux est que tous les membres du triangle se rendent compte des rôles qu’ils jouent à plusieurs reprises. Une personne qui quitte son rôle peut inciter les autres à le quitter. Ce qui est particulièrement utile, c’est que la victime commence à “grandir” et à assumer la responsabilité de sa propre autonomie et de se ressourcer pour répondre à ses propres besoins.

Chaque rôle dans le triangle dramatique a ses propres avantages. Les victimes doivent être prises en charge. Les sauveurs se sentent bien par la garde. Les persécuteurs continuent de se sentir supérieurs à la fois à la victime et au sauveur.

Mais le coût est de perpétuer une dynamique sociale dysfonctionnelle et de passer à côté des possibilités – et des responsabilités – de relations saines et bienveillantes.

Repérer chaque jeu de rôle

La victime

Ceux qui ont des rôles de victimes doivent apprendre à assumer la responsabilité d’eux-mêmes et prendre soin d’eux-mêmes, plutôt que de chercher à l’extérieur d’eux-mêmes un sauveur. Ils doivent remettre en question la croyance enracinée selon laquelle ils ne peuvent pas prendre soin d’eux s’ils veulent échapper au triangle.

Au lieu de se considérer comme impuissants, ils doivent reconnaître leur résolution de problèmes ainsi que leurs capacités de leadership. Il n’y a pas d’échappatoire si ce n’est d’assumer la responsabilité totale de leurs propres sentiments, pensées et réactions.

Le sauveur

Ce n’est que lorsque nous devenons convaincus que nous ne pouvons pas prendre soin de nous-mêmes que nous devenons victime. Croire que nous sommes fragiles ou impuissant(e)s nous oblige à être sauvés. L’anxiété nous oblige à être toujours à la recherche de quelqu’un de plus fort ou de plus capable de prendre soin de nous. Cela nous relègue à une vie de dépendance paralysante à l’égard de nos relations.

Le sauveur est le co-dépendant classique, habilitant, trop protecteur – celui qui veut y remédier. Prendre soin des autres peut être le meilleur plan d’action du sauveur pour se sentir utile. Il n’y a pas de meilleure façon de se sentir important que d’être un sauveur !

Les sauveurs sont souvent satisfaits en s’identifiant à leur rôle de soins. Ils sont généralement fiers de ce qu’ils sont : des “aides” et des “réparateurs”. Souvent, ils sont salués socialement, voire récompensés, pour ce qui peut être considéré comme des “actes désintéressés” de compassion. Ils croient en leur bonté et se considèrent comme des héros.

Derrière tout cela se cache une croyance magique : “Si je m’occupe d’eux assez longtemps, alors, tôt ou tard, ils prendront soin de moi aussi” Les phrases courantes pour le sauveur martyr sont : “Après tout ce que j’ai fait pour vous, voilà les remerciements que je reçois ?” ou “Peu importe ce que je fais, ce n’est jamais assez” ou “Si vous m’aimiez, vous ne me traiteriez pas comme ça !”

Le persécuteur

Le persécuteur est basé sur la honte. Ce rôle est le plus souvent assumé par une personne qui a été victime de violence mentale et / ou physique durant son enfance. En conséquence, ils bouillonnent souvent secrètement à l’intérieur d’une colère basée sur la honte.

Ils peuvent choisir d’imiter leur(s) principal(aux) agresseur(s) d’enfance, préférant s’identifier à ceux qu’ils considèrent comme ayant du pouvoir et de la force – plutôt que de devenir le “perdant”. Les persécuteurs ont tendance à adopter une attitude qui dit : “Le monde est dur et méchant ; seuls les impitoyables survivent. Je serai l’un de ceux-là”

Le persécuteur surmonte les sentiments d’impuissance et de honte en maîtrisant les autres. La domination devient leur style d’interaction le plus répandu. Cela signifie qu’ils doivent toujours avoir raison ! Leurs méthodes comprennent l’intimidation, la menace, le blâme, l’interrogatoire et l’attaque pure et simple.

Le persécuteur a besoin de quelqu’un à blâmer. Ils nient leur vulnérabilité de la même manière que les sauveurs nient leurs besoins. Leur plus grande peur est l’impuissance. Parce qu’ils jugent et nient leur propre insuffisance, peur et vulnérabilité, ils auront besoin d’un autre endroit pour projeter ces sentiments désavoués. En d’autres termes, ils ont besoin d’une victime.

Sortir du triangle de Karpman

Un bon exemple de jeu pourrait être cet argument fictif entre Baptiste et Gwendoline, un couple marié.

  • V = victime
  • S = sauveur
  • P = persécuteur

“- Baptiste : Je ne peux pas croire que tu as brûlé le dîner ! C’est la troisième fois ce mois-ci ! (P)
Gwendoline : Eh bien, la petite Céline est tombée et s’est écorchée le genou. Le dîner a brûlé pendant que je m’occupais de la soigner. (S)
Baptiste : Cette petite m’exaspère ! (P)
Gwendoline : Tu ne voudrais pas qu’elle attrape une infection, n’est-ce pas ? Dans ce cas-là, je finirais par devoir m’occuper d’elle si elle est gravement malade. (V)
Baptiste : Elle est assez grande pour mettre son pansement. (S)
Gwendoline : Je ne voulais juste pas que ça saigne partout sur le tapis. (S)
Baptiste : C’est le problème avec ta fille, elle s’attend à ce que tu fasses tout. (S)
Gwendoline : Elle est encore jeune. (S)
Baptiste : Je travaille comme un chien toute la journée et à un travail que je déteste… (V)
Gwendoline : Oui, je le sais très bien. (S)

Baptiste : Et quand je rentre, je m’attends à un délicieux dîner ! (V)
Gwendoline : Je vais cuisiner autre chose, ça ne prendra pas trop de temps. (S)
Baptiste : Ce qui a brûlé sera gaspillé ! (P)
Gwendoline : Peut-être que si tu étais intervenu le temps que j’étais occupée, le repas n’aurait pas brûlé ! (P)
Baptiste : Tu n’as rien dit ! Comment je pouvais le savoir ? (P)
Gwendoline : Comme si tu n’entendais pas Céline pleurer ? Tu l’ignores toujours, sous prétexte que ton travail ne te plaît pas ! (P)
Baptiste : J’ai juste besoin de temps pour m’asseoir et me détendre après avoir travaillé toute la journée ! Tu ne sais pas ce que c’est… (V)
Gwendoline : Bien sûr, comme si s’occuper de la maison et de notre fille n’était pas un travail ! (P)”

Cet argument pourrait se poursuivre indéfiniment. Ce qui est intéressant, c’est comment on peut se retirer du triangle. La méthode la plus simple est la réponse non défensive. Cela fonctionne à tout moment, quel que soit le rôle de l’autre personne, car cela ne donne pas d’indication sur la prochaine réponse.

Cela donnerait :

Gwendoline : Peut-être que si tu étais intervenu le temps que j’étais occupée, le repas n’aurait pas brûlé ! (P)
Baptiste : Oui, c’est vrai.

Bien que Gwendoline puisse tenter de redémarrer le cycle en continuant à gronder, si Baptiste continue dans la lignée, Gwendoline finira par manquer de choses à dire. La réponse calme de Baptiste invite à la discussion plutôt qu’à la poursuite des disputes. Gwendoline pourrait se rendre compte qu’elle ne lui a pas demandé de l’aide, et ils pourraient résoudre la situation en planifiant une ligne de conduite si quelque chose de similaire se produisait à l’avenir.

Cela fonctionne aussi bien pour le rôle de victime :

Baptiste : J’ai juste besoin de temps pour m’asseoir et me détendre après avoir travaillé toute la journée ! Tu ne sais pas ce que c’est… (V)
Gwendoline : Je suis désolée que tu te sentes si fatigué.

Cela reconnaît tout problème réel que l’autre personne pourrait avoir sans continuer la danse. Encore une fois, l’autre personne peut tenter de redémarrer le cycle en continuant à se plaindre, mais encore une fois, avec une réponse non défensive en continue, l’autre personne sera à court d’arguments.

Même le rôle de sauveur peut être traité de la même manière.

Gwendoline : Elle est encore jeune. (S)
Baptiste : Oui effectivement, elle est encore jeune.

Autres excellentes réponses basées sur la non défensive :

– Oh
– Je vois
– Vous pouvez avoir raison

Le seul moyen de sortir du triangle dramatique est de fonctionner comme un “adulte” et de ne pas participer au jeu.

Exercices de pratique

Exercice 1

Réalisez que vous répétez un modèle et observez-le. Il est fort probable que vous soyez déclenché d’une manière ou d’une autre par un proche. Afin de changer le modèle, vous devez d’abord l’identifier.

Une fois que vous êtes conscient(e) de votre rôle, jouez un air différent. Chantez une nouvelle chanson. Ne faites pas la même chose que vous avez toujours fait. Faites une action contraire.

Exercice 2

En aucune circonstance, ne soyez pas sur la défensive, n’agissez pas à partir de cet état mental. Gardez une attitude neutre. Utilisez un ton non réactif, non émotionnel et facile à vivre.

Faites des déclarations qui mettent fin au conflit, comme par exemple : “Peut-être que tu as raison”, “Cela pourrait être…”, “Néanmoins…” Rappelez-vous de ne pas être “accro” au drame.

Exercice 3

Si vous vous sentez victime, apprenez à prendre la responsabilité de vous-même au lieu de blâmer les autres pour la façon dont votre vie se déroule. Même si vous êtes vraiment la victime, ne concluez pas que vous êtes impuissant(e) à prendre soin de vous.

Prenez l’énergie que vous ressentez à l’idée d’être victime et convertissez-la en détermination. Décidez que vous saurez comment résoudre votre problème sans l’aide de personne. Cela vous aidera à développer votre propre pouvoir personnel.

Exercice 4

Si vous vous sentez comme si vous assumiez trop de responsabilités, reculez et laissez les autres assumer leurs propres responsabilités. Rappelez-vous que vous n’êtes pas responsable des choix des autres, même si cette personne est votre enfant.

Aussi, sachez que tout le monde a le droit d’être libre. Il est plus sain pour un parent de laisser les enfants apprendre par eux-mêmes que de se lancer et de tout faire pour eux. Cela vaut également pour d’autres types de relations.

Laissez aux autres la dignité de découvrir leur propre vie. N’oubliez pas que lorsque vous sauvez les autres, vous leur envoyez le message implicite qu’ils ne sont pas suffisamment compétents pour gérer eux-mêmes la situation.

Exercice 5

Abstenez-vous de blâmer, critiquer, accuser, sermonner, réprimander, surveiller et menacer. Au lieu de cela, concentrez-vous sur la neutralité. Posez-vous la question : “Comment puis-je apporter une bénédiction à cette situation ?” ou “Comment puis-je être une présence apaisante en ce moment ?”

Si l’autre personne ne veut pas ou ne peut pas participer à une interaction saine, trouvez un moyen de vous retirer physiquement de la rencontre jusqu’à un autre moment.

Exercice 6

Souvenez-vous du terme FOG qui signifie Fear (peur), Obligation (obligation), Guilt (culpabilité). Si vous ressentez l’un de ces sentiments, de manière constante dans une relation, vous avez très probablement affaire à un manipulateur.

Vous devez vous rappeler de ne pas vous laissez manipuler. D’un autre côté, si vous essayez de faire en sorte qu’une autre personne se sente constamment peureuse, obligée ou coupable, vous êtes le manipulateur et n’opérez pas avec une santé émotionnelle saine. Soyez direct(e), honnête et vivez avec intégrité.

Conclusion

Sachez que lorsqu’une personne vit dans une dépendance et une maltraitance actives, vous ne pourrez pas avoir une relation saine avec la personne tant qu’elle ne sera pas, elle aussi, dans un véritable processus de guérison.

Si la personne est un alcoolique en convalescence, elle sera sobre et appliquera un programme réel. En supposant que c’est un agresseur en convalescence, il demandera l’aide de partenaires responsables et sera en fait introspectif et réfléchi. Si votre proche n’est pas en bonne santé, ne pensez pas que vous pouvez avoir une relation saine avec cette personne.

La meilleure chose que vous puissiez faire est de vous concentrer sur votre propre croissance émotionnelle. N’oubliez pas que la guérison est pour ceux qui le veulent et non pas pour ceux qui en ont besoin.

Facebooktwitterredditpinterestlinkedinmail
Facebooktwitterlinkedinrssyoutube

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RECEVEZ VOTRE GUIDE DE 6 CONSEILS POUR GAGNER EN CONFIANCE
Messenger
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial